7 avril

Transit en direction du nord Ouest de la Péninsule Courbet, de PAF vers Baie Charrier…

vue_du_panther_1.jpg

vue_du_panther_2.jpg

vue_du_panther_4.jpg

Un plat pays en aquarelles dʼocres et safrans. A lʼOuest les uniques montagnes sont le Bungay (69 m !) et les roches jumelles. Les rivières font l'effet de minces filets d'eau et les lacs de flaques superficielles.

Vues du Panther du Floréal, une frégate de surveillance la Marine Nationale qui nous permet de faire notre transit vers la cabane de Baie Charrier dʼoù on pourra rayonner vers les sites intéressants pour le renne.

On nʼa pas su résister…11 minutes de vol plutôt que 2 jours de marche et surtout la possibilité de prendre une touque de vivres et 4 pains de campagne énormes pour la semaine de manip.

ecobiottes_en_panther.jpg (Hélico-biottes dans le Panther du Floréal.)

Décollage de PAF en combis dʼastronautes On vole vers les Dombes avant de reprendre au Nord. Déjà au bout de quelques minutes la mer est devant nous. On passe la côte des Gorfous Dorés. Puis à droite, on suit le trait de côte en falaises découpées jusquʼà la Baie Charrier.

helicobio.jpg

panther_sur_baie_charrier.jpg (Dépose sur Baie Charrier)

panther_a_baie_charrier__olive_.jpg (Départ du Panther, Crédit Photo : Olive, ResʼNat.)

On est déposés et à peine le temps dʼenlever nos combis « Casimir » que lʼhélico repart. Les pilotes repassent au dessus de nos têtes avec de grands signes. Grand merci au Floréal.

La cabane est juste là sur le bord du cours dʼeau.

cabane_baie_charrier.jpg (La cabane de Baie Charrier)

Tout près un albatros est cloué à son nid.

alba_sur_nid.jpg (Grand Albatros hurleur)

Trois autres paradent à quelques mètres. Une femelle curieuse sʼapproche.

parade_alba.jpg

femelle_gd_alba.jpg

On avance jusquʼà la rivière des Chasseurs qui serpente pas loin. Un cadavre dʼeleph momifié sèche ses os. Quelques otaries ronchonnent. Un manchot papou émerge.

riviere_des_chasseurs_entre_Sauveterre_et_Mejean.jpg (Rivière des chasseurs.)

papou_nage.jpg (Manchot papou)

La petite cabane héberge une diversité microscopique remarquable sur ces murs. De jolis bouquets de têtes cotonneuses et des arborescences cendrées décorent chaque planche et vivent là, en parfaite harmonie avec une fratrie de souris du genre galopante sur les matelas la nuit et fines amatrices de figues sèches pour mon plus grand malheur (mais pas dʼavoine ce qui tombait bien).

moisissures_de_cabane.jpg

bois_vivant.jpg

Pour couronner le tout, on a pas de gaz. Mais comme on a plus dʼune feuille à notre chou, on use de stratégie. Celle dʼOlive est ambitieuse : faire chauffer une casserole en fonte avec 4 bougies chauffe-plat. Ça marche pas si mal (quand on a la nuit devant soi).

quand_y__a_pas_d__gaz_y__a_des_bougies.jpg

Mais on nʼest pas là pour allumer des bougies… ! Le but de la manip est de prospecter sur les 3 grands plateaux de lʼouest Courbet : Méjean, Sauveterre et Larzac à la recherche des traces de présence des rennes. Ces derniers ont été introduits volontairement en 1955 sur la Grande Terre. Lʼimpact sur la flore indigène est manifeste. On échantillonne toutes les plantes potentiellement consommées.

On découvre le plateau Sauveterre le lendemain pour une journée de marche à tâtons. Brumes opaques et pluie constante. Beaucoup de traces et beaucoup d'azorelles labourées. Alors quʼon sʼapprête à rentrer, plusieurs têtes se détachent dans les vapeurs du Sauveterre. Une cinquantaine dʼyeux et des bois énormes.

rennes_dans_les_brumes.JPG

Première rencontre avec un groupe de Rennes. On retourne à la cabane par la côte ouest du Sauveterre. On tombe sur une colonie de Papous qui sʼaffaire à mettre en tas des brindilles dʼacaena en se foutant pas mal du temps quʼil fait. Des prions cabriolent au dessus des laminaires. Nous on rentre trempés se mettre dans nos duvets.

papous_ouest_sauveterre.jpg

Le lendemain on rejoint la Rivière des chasseurs et on traverse Sauveterre plus au Sud pour rejoindre le fameux plateau Larzac.

On croise quelques groupes de rennes encore sur le Sauveterre. Pour changer, on rejoint un plateau Larzac engorgé de brumes.

acaena_baie_charrier.jpg

La pluie redouble et le vent s'y met, les rivières remontent leur cours et nous arrosent un peu plus au passage.

larzac_ciel_bas.jpg (Le Larzac.)

Cette fois en rentrant à la cabane, on a droit à une éclaircie irréelle dans la lumière rasante du soir avec un groupe de 70 rennes à quelques dizaines de mètres de nous. Grandiose.

rennes_sur_le_plateau_Sauveterre.jpg (Plateau Sauveterre)

Ils s'éloignent, se rapprochent plusieurs fois puis repartent au trot se perdre encore un peu sur ces plateaux nébuleux.


10 avril 2011

alba_et_petit_au_nid.jpg

On quitte Baie Charrier pour se rendre Rivière du Nord. Rayon de soleil, le poussin de lʼalba tout proche de la cabane se montre. Reste à traverser le plateau Méjean. Pour changer on navigue encore dans la buée. On voit pas à 10 mètres, de la pluie et du vent dans les dents. On s'arrête tous les kilomètres pour vérifier cartes et GPS. On croit tourner en rond sur ce plateau jamais plat.

Renne_et_pluie.jpg (Tête de rennes sur le plateau Méjean)

On finit par tomber sur les crêtes qui signent la fin du plateau, on descend. Françoise a le GPS : « plus qu'à 600 mètres » de la cabane de Rivière du Nord ! Eh oui, on voit la cabane…de l'autre côté de la rivière...qui bouillonne tout ce quʼelle peut avec quelques eleph qui nagent pénards. Là cʼest sûr on passera pas ! On doit remonter encore, 8 bornes de plus alors quʼon pensait poser les sacs, on est verts…

Mais récompense à lʼarrivée : du gaz et donc de la soupe chaude !

cabane_riviere_du_nord.jpg (Cabane Rivière du Nord)

elephs_riv_du_nord.jpg (Rives de la rivière du Nord)

Les_3_papous.jpg

tas_d__eleph_riv_du_nord.jpg

eleph_riviere_du_nord.jpg

rideau_vapeur.jpg

Les éclaircies sont brèves. Par la fenêtre il pleut et dehors et dedans !

Soiz_lit._Cabane_riv_du_nord.jpg (Françoise, lecture de cabane)

Les nuits sont glaciales.

On trouve la plage toute enneigée au matin.

eleph_riv_du_nord_enneigee.jpg

Les elephs sont les seuls à avoir pu dormir apparemment. On rejoint le plateau qui surplombe lʼAnse Betsy. Belle lumière du soir.


12 avril

Retour.

On rejoint la cabane de Studer. La rivière a un peu dégonflé.

Belle éclaircie toute la matinée, enfin !

Olive_et_Soiz._Transit_vers_Studer.jpg (Olive et Françoise sur le transit vers Studer.)

A midi ça tourne. On arrive sur Studer avec de la neige plein la vallée comme lors de la dernière manip. Le lendemain on rejoint PAF en repassant par toutes les saisons.

Bilan positif : plus de 150 rennes vus, près de 100 bornes à pied et sac de 19 kilos… ! (pas de doutes, on est vraiment des héros polaires…!)

Retour_vers_PAF.jpg (Retour sur PAF)

Et surprise à lʼarrivée, un bateau est dans le Golfe. Cʼest lʼOcean Protector, le navire des douaniers australiens ou « customs », qui nous rend visite. Ils nous accueillent à bord le surlendemain. (Délicieuse occasion de manger de la salade !)